Interview : 4 questions à Jacky Breton

Interview : 4 questions à Jacky Breton
3 questions à

Un point sur la fibre optique ?

Cela va très vite. La 1ère phase est en cours d’achèvement. Pour la 2ème, toutes les études ont été faites. L’ingénierie va commencer maintenant. Dès le début 2019, les câbles vont être tirés. Les connexions seront opérationnelles à la fin du 1er semestre, voire début du second semestre.

Des réunions avec les fournisseurs d’accès seront mises en place et dès que les personnes souscriront un abonnement, il n’y aura plus que le branchement à faire. L’investissement est de 1 500 000 € que nous avons emprunté sur 15 ans. Pour la tranche suivante, il faut réinvestir 112 000 € afin que 100 % du territoire soient équipés, y compris les habitations des deux 1ères phases qui étaient trop éloignées pour être raccordées. L’objectif est que tout le monde soit connectable au plus tard en 2022.

Après, c’est au choix de chacun de s’abonner ou non auprès d’un opérateur. C’est la même procédure que pour avoir une ligne téléphonique, il faut souscrire un contrat avec un prestataire.

Des évolutions du côté du pôle économique ?

La SAS Proust s’est installée dans la zone artisanale de Saint-Calais. Notre grande directive en 2018 était de se faire connaître auprès des entreprises et plus particulièrement celles situées hors de notre territoire au travers d’évènements comme le Rallye Cœur de France. Il y a quelques pistes pour des implantations possibles.

Nous sommes convaincus que nous nous développerons économiquement que si ces sociétés entendent parler de nous et parlent de nous. En 2019, nous restons sur la même voie avec d’autres opérations promotionnelles. La Mission Économique prévoit aussi de travailler avec les établissements scolaires.

Du côté de la petite enfance ?

Nous sommes peut-être un petit territoire pas très riche, mais nous avons des équipements importants par rapport à d’autres !

Il y a un Relais Assistants Maternels Parents Enfants et un multi-accueil qui viennent justement de fêter leurs 10 ans.

Nous venons d’ouvrir un autre RAMPE à Saint-Calais qui se délocalise aussi à Bessé-sur-Braye. Ce sont des investissements qu’il faut faire si nous voulons être attractif et garder les gens chez nous.

Le territoire est aussi très développé sur le plan sportif. Nous sommes la seule Communauté de Communes des Pays-de-la-Loire à avoir eu trois fois le trophée de la Ville la plus sportive. Deux fois à Vibraye et une fois à Saint-Calais.

Nous avons également élargi le Festival Chrysalide jusqu’à Bessé-sur-Braye pour que les enfants des écoles primaires puissent avoir accès à des représentations culturelles.

Les projets en 2019 ?

Le rachat du Musée de la musique mécanique de Dollon. Tout le monde a compris l’importance de préserver ce patrimoine ici, que cela soit l’Europe, l’État, la Région et le Département. Tous ont répondu favorablement à nos sollicitations financières. Nous avons atteint 80 % de subventions, c’est assez exceptionnel, car nous ne pouvons pas en avoir plus. La signature de l’acte notarié est prévue au printemps prochain. La CdC louera et mettra à disposition le bâtiment et la collection à l’association Musiques Magiques qui rémunérera l’animatrice du musée.

Autrement, nous lançons également le Scot, le Schéma de COhérence Territoriale. Il y a aussi la Gemapi, la GEstion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations. Pour cela, nous travaillons avec 3 autres intercommunalités : L’Huisne Sarthoise, le Gesnois Bilurien, Loir-Lucé-Bercé. Cette dernière chapeautera administrativement le GEMAPI pour le bassin versant de la Braye.